Thursday, 27 July 2017

Jeux de la Francophonie Canadienne

Il commence à être un peu tard mais ça vaut la peine d’en parler tout de même…

J’en fais des événements d’improvisation. Année après année, je n’arrive tout simplement pas à dire non lorsque vient le temps de prendre part à des tournois. Les tournois secondaires d’improvisation NB, la Coupe universitaire d’improvisation, les jeux régionaux et de l’Acadie, le Zèbre d’Or et, cette année, les Jeux de la Francophonie Canadienne ont aussi fait partie du lot.
J’ai agi surtout à titre de DJ pendant ce dernier événement alors je n’ai pas eu autant de contact direct avec les jeunes comme ça aurait été le cas advenant que j’aurais été arbitre. J’ai tout de même vu tous les matchs de la semaine et j’ai été complètement abasourdie par le calibre et la confiance dont ces jeunes faisaient preuve. Neuf équipes étaient au rendez-vous : L’Île-du-Prince-Édouard, la Nouvelle-Écosse, le Nouveau-Brunswick, le Québec, l’Ontario, le Manitoba, la Saskatchewan, l’Alberta et la Colombie-Britannique accompagnée d’un joueur du Nunavut. Quel plaisir ce fut que de les voir évoluer au courant de la semaine!

On ne se le cachera pas, au Nouveau-Brunswick nous portons une attention toute particulière au décorum durant nos matchs. C’était quelque peu étrange au début de voir les équipes avoir peu d’interaction entre elles mais, heureusement, ça n’a pas durer. Très rapidement, les jeunes se sont mis à l’aise avec nos procédures et le spectacle en est grandement ressorti gagnant! La première chose qui m’a frappé, c’est comment les capitaines ont su profité des périodes de question avec l’arbitre pour ajouter un élément essentiel au spectacle qui était offert. Des entrées absurdes, des questions loufoques, des jeux de mot bien placé et juste assez de sass! Ils en donnaient autant qu’ils en recevaient. Ces jeunes avaient un sens du spectacle que je n’avais jamais encore vu à cet échelle pour leur âge. Vraiment bravo!
Une belle fraternité est née entre la majorité des équipes. Ici l'Alberta et la Nouvelle-Écosse.
Quelque chose qui vaut la peine d’être souligné, c’est que les équipes étaient présentes dans la foule. Ils assistaient aux autres matchs et absorbaient tout ce qui se disait. On pense à tort que la seule façon de s’améliorer en impro, c’est de jouer et participer à des pratiques ce que je considère complètement faux. Plus tu en vois, plus tu en apprends. Chaque match est une mine d’information pour quiconque sait où regarder. Les explications des arbitres, les concepts des équipes, faire vos propres caucus à la suite de la lecture du thème et même voter. Ce sont toutes des opportunités pour développer la rapidité d’esprit, la compréhension du jeu et développer un esprit plus critique. Ces jeunes comprenaient tout ceci car on les a vu mettre en application les conseils qui avaient été donnés. Bravo aussi aux coachs qui poussent leurs jeunes à assister au match afin de vivre pleinement le tournoi et apprendre tout au long de celui-ci.

Mon moment coup de coeur, et je n'hésite même pas un peu, a été de voir les joueurs et le public chanter le Ô Canada pour meubler le temps pendant que nous réglions un problème technique. Le patriotisme dans la salle a sauver la dernière improvisation du match, une improvisation musicale!



Je suis Right Fières d’avoir pris part aux Jeux de la Francophonie Canadienne et j’espère que ces jeunes improvisateurs auront la chance de continuer leur parcours, peu importe d’où ils viennent. Félicitations à notre podium : Bronze - Manitoba, Argent - Nouveau-Brunswick et Or - Ontario!




Shotgun Godin

Follow by Email