Friday, 27 May 2016

Le pouvoir de la météo

Un des nombreux clichés entourant les Canadiens est notre obsession pour la météorologie. Juste pour faire exprès, il s’agit encore une fois d’un cliché auquel j’adhère fortement. Avec le Tim Hortons, le hockey et ma façon de m’excuser sans arrêt pour aucune raison, je commence à croire que je pourrais devenir la mascotte du pays ou de quoi…
Les conditions ne font pas vraiment de différence, ça me passionne pareil!
Ceci étant dit, ma passion pour la météo me vient de mon père. Notre chalet situé sur le bord de la Baie des Chaleurs nous a toujours offert une vue imprenable sur la Gaspésie mais aussi sur tous les phénomènes météorologiques qui s’y déroulent. On trippait sur regarder les étoiles (comme je l’ai expliqué ici : La tradition des perseides) donc regarder les nuages étaient évidemment la suite logique des choses. J’ai appris à reconnaître lorsque des grands vents approchaient et surtout lorsque des orages se préparaient. Tout cela me passionne, mais j’en parlerai un peu plus dans mon prochain blogue.
Non mais... Quelle vue pareil!
Aujourd’hui, je veux m’attarder sur un aspect un peu plus étrange de la météo et c’est son influence sur mon humeur générale. La majorité des gens vont être de meilleure humeur lorsque le soleil est au rendez-vous et peut-être plus endormi lorsqu’il pleut. Dans mon cas, il faudrait pratiquement multiplier ce phénomène par 1000 pour avoir un semblant d’aperçu de l’effet que ça peut avoir. Ce n’est pas juste des idées que je me fais. Ce phénomène, je l’observe de façon quotidienne. Pour être honnête, ça me freak out un peu!

-          Alors que j’écris ces lignes, il pleut dehors. Le ciel est couvert et le temps est gris. Je dois, par conséquent, me battre avec moi-même pour garder les yeux ouverts et trouver la motivation de continuer mes tâches. Pas de meilleur temps pour prendre une sieste que lorsqu’il pleut. Cette réalité s’applique aussi en partie à l’hiver. La différence la plus marquante c’est que le ciel est plus clair lorsqu'il neige que lorsqu'il pleut et donc la fatigue et le désintérêt est moins prononcé.
-          La fin de semaine dernière, on nous annonçait du gros soleil et des températures chaudes. Je ne tenais plus en place. J’étais souriante, je ricanais plus qu’à l’habitude, je dansais même lorsqu’aucune musique ne jouait… Et tout ça au bureau devant mes collègues! J,ai eu droit à plusieurs questions et regards de travers!
-          Lorsqu’il y a de l’électricité dans l’air, je ne tiens absolument plus en place! J’adore les orages et il me remplisse d’énergie. La différence, c’est qu’au lieu de me rendre joyeuse, les orages affectent mon humeur présente en la multipliant. Si par malheur je suis de mauvaise humeur, je vais faire les cent pas en marmonnant et personne ne devrait se mettre sur mon chemin. Si je suis triste, je peux me retrouver à pleurer sans raisons. Si je suis de bonne humeur, je redeviens une petite fille qui attend un cadeau : Excitation extrême!! Le fait que j'aime les orages aident cependant à ce que la troisième option listée est celle qui va souvent être visible. Le reste se passe surtout dans ma tête.
Je n’aime pas savoir que des sources externes ont un si gros impact sur ma façon d’être et d’agir. J’aimerais avoir un meilleur contrôle sur ma personne mais c’est plus fort que moi. La météo m’affecte comme certaines personnes ont aussi une grande influence sur mes états d’âme. J’imagine que ça fait partie de la vie d’une personne impulsive et frivole.

On va espérer que l’été sera beau et chaud pour que je puisse garder mon optimisme!
Shotgun Godin

No comments:

Post a Comment

Follow by Email