Wednesday, 19 October 2016

Mes oreilles chauffent!

S’il y a une chose que je déteste, c’est parler au téléphone. Je suis de cette génération qui a vu le texting apparaître et j’ai tout de suite préféré cette méthode de communication à la méthode classique. Je ne sais pas trop pourquoi parler au téléphone me déplait tellement mais ça fait partie de qui je suis.
L’une des anecdotes de notre voyage à Terre-Neuve est justement notre dégoût commun face à avoir à appeler quelqu’un. Ça semble niaiseux mais nous ne voulions tout simplement pas avoir à appeler pour poser des questions ou faire des réservations. Mike est du coup devenu notre secrétaire. Pas qu’il ne mindait pas le faire, c’est juste que par un miracle quelconque on a réussi à le convaincre de la faire pour nous à chaque fois. Le pauvre en plus, on se moquait presque de lui tellement il était charmant. Loin de moi l’idée de continuer les moqueries ici, ce passage était important car il m’a fait comprendre quelque chose durant notre séjour à St. John’s.

En fait, c’est simple : Personne n’est 100% à l’aise lorsqu’il doit faire un appel téléphonique. La méthode que Mike utilise, c’est la même qu’en impro. Quand tu parles au téléphone avec des inconnus, ils ne te connaissent pas! Ce que ça veut dire, c’est que tu peux être qui tu veux. Invente-toi une persona qui est à l’aise dans ce genre de situation et laisse-la prendre le dessus. Pour moi, c’est devenu la version de Shotgun au travail.

Si vous pouviez simplement vous imaginer le nombre d’appel que je dois traiter par jour depuis quelques mois. Je sais que je ne travaille pas dans un call center, mais je dois facilement en prendre de 75 à 100 par jour. J’ai donc eu à m’habituer à travailler avec un téléphone bien que je déteste cet instrument avec une passion! Ça me permet tranquillement pas vite de combattre mon blocage. C’est encore bizarre évidemment mais ça vient petit à petit. Pas le choix anyway quand tu finis une journée à l’ouvrage avec les deux oreilles ben rouges à cause de la pression du combiné sur celle-ci. Faudrait que je me greille d’un coussin ou quelque chose!
Pour l’instant, ça va bien. Les appels que je reçois sont des questions plus que des plaintes et les gens demeurent très polis. On verra comment ça va virer quand ils deviendront plus mécontents parce que leurs poubelles n’ont pas été ramassées. Encore une fois, un personnage aide à prétendre que les injures ne sont pas dirigés jusqu’à ta personne. Croisons-nous les doigts pour la semaine prochaine!

Y diront ce qu’y voudront, travailler avec le public ce n’est pas toujours facile!

Shotgun Godin

No comments:

Post a Comment

Follow by Email