Tuesday, 30 May 2017

Un retour dans les 90s

Il y a des moments dans la vie de toute personne où on ressent le besoin de reconnecter avec son passé. Ça se présente sous toute sorte de forme et sans aucun préavis. Il est venu un temps où je ne voulais que jouer à des jeux vidéo de mon enfance – allant du Super Nintendo, PlayStation au Gameboy. Depuis deux semaines, je reconnecte avec early-teen Shotgun en redécouvrant ces téléséries qui me plaisaient. Alors que quelques-uns ont très mal vieillis et m’ont forcé à abandonner le projet tellement ça brisait la nostalgie, deux titres sont restés très fort et je suis en plein processus de les binge-watcher.
Les 90s, amirite?
Du côté anime
Pokémon et Digimon ont été les deux séries qui m’ont permis de découvrir le monde du anime japonais. Il s’agit malheureusement de deux téléséries que je n’arrive tout simplement pas à regarder à nouveau sans cringer. Ce ne sont donc pas ces deux séries dont je vais parler ici mais d’une télésérie qui aura bientôt 20 ans – premier épisode a été diffusé en 1998. Cardcaptor Sakura a été une des rares émissions que j’écoutais religieusement dès qu’un nouvel épisode était diffusé sur Télétoon. Une des choses que j’ai le plus apprécié à redécouvrir cette série quelques années passés, c’était de l’écouter pour la première fois en japonais. Certaines subtilités étaient perdues dans la traduction – la façon dont on nomme les gens de façon formelle au japon par exemple qui a un indicateur très important quant au développement de relation entre certains personnages. Quelque chose que je n’avais pas vécu la dernière fois que j’ai regardé la série, c’est chanter les opening theme en français. Je suis encore surprise de les connaître par cœur depuis tout ce temps!
Pourquoi j’aime autant cette série qui, on ne se le cachera pas, est TRÈS axée sur un public plus jeune? Il y a une grande part de nostalgie c’est certain. Mais c’est plus que ça. La série compte 70 épisodes et chacun d’entre eux à sa raison d’être. Bien que l’action à proprement dit est répétitive – il s’agit quand même de capturer des cartes over and over again – la stratégie utilisée change constamment. Souvent, l’action de capturer les cartes est même secondaire au focus de l’épisode, préférant miser sur le développement de personnages et de l’univers en général. Les sujets abordés dans cette émission sont larges et touchent beaucoup de mes cordes sensibles. On y aborde la confiance en soi, tout d’abord, comme le personnage principal accepte que son rôle soit important pour le bien collectif mais reconnaît ses propres limites et apprend à travailler avec celles-ci. L’amour et l’amitié sont deux autres thèmes cruciaux au développement de l’histoire. Ce qui est d’autant plus important, c’est qu’il s’agisse d’une série qui présente des relations complexes entre ses protagonistes. Des amours non partagés, des amours impossibles, des relations s’insérant dans la réalité LGBTQ+, il y a de tout pour tous. Ce qui y est de toute beauté, c’est que rien n’est questionné. Le matériel sur lequel est basé la série est un manga qui fête son 20e anniversaire, et pourtant les personnages y font preuve de plus d’ouverture que bien des gens dans notre société en 2017. C’est à la fois inspirant et décourageant. J’aurais tendance à dire que c’est un guilty pleasure mais ce serait mentir. Je n’ai aucunement honte d’aimer cette série et je ne peux pas attendre à la sortie des nouveaux mangas et à l’arrivée de la nouvelle série en janvier prochain!
Maintenant pour du live action
Facile à voir que j’ai embarqué dans Cardcaptor il y a de cela près de 20 ans (mettons 18 par le temps que ce soit traduit et diffusé au Canada). Plus difficile à accepter que ce soit le cas pour l’autre TV show que je me suis donner comme objectif de revoir dans les prochaines semaines. J’ai tout de suite accroché sur Buffy dans mon jeune âge même si mes parents trouvaient que c’était tard et avaient peur que ce soit trop violent pour moi. Pffft !!! Est-ce qu’ils me connaissent même un peu ?!? Je me souviens même d’un moment en particulier avec eux. J’avais vu chez Papeterie Thériault à Caraquet (ouf, ça ramène des souvenirs) qu’un livre était disponible : Le Guide de la Tueuse – Je suis d’accord, ça sonne terrible. Vive les traductions françaises! C’était l’une des choses que j’avais ajouté à ma liste de Noël. On va se dire les vrais choses, quels parents achèteraient sans question un livre avec un tel titre à leur fille de 10 ans? Les miens n’ont pas réellement posé de questions mais ils ont feuilleté le livre attentivement avant de prendre la décision de me l’offrir. J’ai lu et relu ce bouquin à de nombreuses reprises – Il contenait toute sorte d’information sur l’univers de l’émission, les personnages et les acteurs qui les incarnaient, des images du set, des scripts, etc. C’était ma première expérience avec l’arrière-scène si on veut.
La série célèbre ses vingt ans cette année. Entertainment Weekly a d’ailleurs organisé une réunion des acteurs pour l’occasion. J’ai vu images et vidéos se promener sur les médias sociaux et ça m’avait un peu donné le goût de revoir la série. Juste pas assez pour joindre la parole aux actes par contre. Puis mon amie Amélie s’est mise à écouter pour la première fois et je me suis retrouvée jalouse d’elle. J’aimerais pouvoir revoir ces épisodes sans savoir ce qui va suivre, sans connaître les twists et les moments qui vont me détruire le cœur. C’est en en parlant avec elle et Mike que je me suis convaincue de les réécouter mais d’en plus écouter la télésérie Angel que je n’ai jamais vu. Je vivrai un peu de nouveauté tout en ayant ce bon feeling nostalgique en suivant la Scooby Gang! Cette série met en vedette des femmes fortes comme le fait typiquement Joss Whedon. Elle contient aussi des relations difficiles, parfois même questionnables et met en vedette un couple lesbienne – On dirait presque qu’il y a un thème ici. Les vampires et démons représentent souvent des étapes cruciales de la vie d’adolescents sous forme de métaphores qui viennent enrichir le récit. Rien de surprenant à ce que j’éclate en sanglot même si j’ai déjà vu à 4-5 reprises les finales de la saison 2 et 5, pour ne nommer que ces deux-là. Cette série est ce qui a commencé mon histoire d’amour avec Joss et pratiquement tous les acteurs qui y ont pris part. Je chérirai toujours le moment où Sarah Michelle Gellar a favoriter un de mes tweets! J’ai juste un peu freaker out… Juste un peu…
Le cast dans le temps...
Le cast aujourd'hui dans le cadre de la réunion d'Entertainment Weekly. Ils n'ont pas vieilli c'est fou! #RealLifeVampires
Donc si vous vous demandez ce que je fais de mes temps libres depuis quelques jours, plus besoin de chercher plus loin. Je revis avec un plaisir fou la fin des années 90!

Shotgun Godin

No comments:

Post a Comment

Follow by Email