Tuesday, 9 August 2016

Je suis comme je suis...

-Lettre ouverte à mon père-
Je me cache derrière ce blogue aujourd’hui pour te parler. J’aimerais avoir le courage de te partager ce texte, mais je sais très bien que ça n’arrivera pas. Il a toujours été difficile pour nous deux d’avoir une conversation civilisée sur un sujet qui nous sépare. Le ton monte, la frustration ressort, il n’y a rien à y faire. Nous sommes tous les deux des Godins après tout. Je pense que te faire lire ceci nous aiderait à mieux nous comprendre. Je suis bien trop lâche et peureuse pour m’assurer que ça se rendre jusqu’à toi. Parce qu’aujourd’hui j’aimerais te rassurer par rapport au sujet sur lequel nous ne nous entendrons probablement jamais : la façon dont je mène ma vie.

Je suis bien. Je suis heureuse. Est-ce vraiment trop te demander d’être satisfait par cette réalité? Les décisions que je prends peuvent te paraître bizarre, je suis quand même reconnue pour écouter mon cœur avant ma tête. Je ne ferais cependant jamais quoi que ce soit qui nuirait à ma vie ou à celle des autres. Mon style de vie t’inquiète car tu n’en vois qu’une partie. Je suis issue d’une génération connectée, c’est vrai. J’aime savoir ce qui se passe dans le monde, c’est plus fort que moi. Je n’arriverai jamais à comprendre comment tu peux juger mes habitudes avec mon ordinateur ou mon téléphone quand pourtant tu passes autant de temps devant la télévision. Nous faisons cela pour les même raisons. Nous cherchons à demeurer informés et entertainés. Pourquoi juger?

Tu me trouves dépenseuse. Tu t’inquiètes car tu penses que je suis toujours à la dernière cent. Tu n’as pas tort. Mais regarde-toi un peu! Vous m’avez élevé alors, évidemment, je vais avoir pris vos mauvais côtés aussi. Oui j’ai de la difficulté à mettre de l’argent de côté mais la raison est simple : je préfère vivre dans le présent. Je budgète à ma façon et je respecte celui-ci de temps en temps. Je sais comment m’en sortir et je ne me mettrai jamais dans trop de misère. J’ai vécu trop longtemps en pensant à tous les impacts que chacun de mes gestes pourraient avoir. En planifiant tellement à l’avance que dès qu’un imprévu me tombait dessus, c’était la fin du monde. J’ai fini par en avoir assez. Je vis le moment présent, j’en profite et comme j’aime ça! Ne t’en fait pas par contre, je vis dans le présent, mais je planifie aussi pour mon avenir. Combien de jeunes de mon âge cotisent déjà dans un REER? I got this… I promise!

Tiens, justement. Tant qu’à parler en anglais, parlons de mon accent. Je sais que tes critiques viennent d’une bonne place. Tu as peur que je perde mon français comme tant d’autres personnes avant moi. Je suis fière d’être francophone. Je suis même right fière pour emprunter un slogan bien connu et qui a soulevé bien des débats. Je reconnais que la francophonie a plus d’une couleur et je sais reconnaître les contextes où je peux me permettre un registre familier versus un registre standard. Jusqu’à récemment, je croyais qu’être en famille était synonyme de familier. J’avais tort. Depuis, de peur de te déplaire, je cache cette couleur qui me représente. Une francophone pure et dure de la péninsule qui s’est laissée séduire par le sud-est. C’est qui je suis, et je dois admettre que c’est blessant de voir que tu ne peux accepter ce fait. Ce blogue est la preuve concrète que je refuse de perdre mon français. Si seulement j’avais la force et le courage de te le prouver en te le montrant.

Tu regardes mes tatouages et tu grimaces. Je sais aussi très bien que tu n’es pas un fan de ma coupe de cheveux ou même de la façon dont je m’habille. Je n’ai jamais été aussi confortable que je le suis depuis un an. J’ai accepté une bonne fois pour toute d’embrasser qui je suis et j’en suis ressortie tellement plus fière et pleine de confiance. Je t’assure que je ne fais pas cela pour vous déplaire. Quelle sorte de personne prendrait des décisions ayant un impact si permanent juste pour déplaire à quelqu’un? Je n’essaie pas non plus de prouver un point. Ce que je cherche à faire, c’est de laisser savoir au monde qui m’entoure que ce qu’ils voient, c’est moi et que je suis fière de qui je suis! C’est dur de savoir que mon propre père a de la difficulté à dire pareil.

J’aimerais qu’on ait plus en commun, mais ce n’est pas le cas. C’est difficile pour moi de communiquer avec vous de façon régulière, je ne sais plus de quoi vous parlez. Je déteste du small talk, mes intérêts vous sont étrangers et c’est la même chose pour les vôtres. J’avais pris comme quasi-résolution de vous appeler plus souvent. Je suis en train d’échoué lamentablement parce que je ne peux m'empêcher de réaliser qu'on n'a rien à se dire. Pour être honnête, j’aimerais que pour une fois, UNE SEULE, vous soyez présents lors d’un événement d’impro. Non je ne serais pas vraiment disponible pour passer du temps avec vous et en effet vous n’y comprendrez pratiquement rien. Je voudrais juste que vous puissiez voir à quel point c’est important pour moi et l’effet immédiat que ça a sur ma personne. En bon français, je dirais que lorsque je suis à un événement d’impro I’m glowing!


Un jour peut-être, tu liras ces lignes. J’espère que ça te permettra de mieux me comprendre. Je vous aime énormément maman et toi et j’aimerais que tout soit plus facile entre nous. En attendant le jour où j’aurais le guts de te montrer ceci, je vais continuer à faire mon possible pour vous rendre fiers quitte à vous cacher des choses. C’est loin d’être l’idéal, mais c’est ma façon de faire… I wish I wasn’t such a coward

Shotgun GODIN

No comments:

Post a Comment

Follow by Email