Friday, 13 January 2017

Et si tout était à recommencer…

Avez-vous déjà pris la peine de vous arrêter et vous demandé ce que vous feriez si vos plans tomberaient à l’eau du jour au lendemain. Dans le fond, si quelqu’un m’avait dit alors que je terminais mon baccalauréat que je me retrouverais à avoir un emploi à parler de déchets et de compostage, j’aurais été surprise et ne les aurais sûrement pas cru. Mon parcours a donc déjà pris des tournures inattendues. Imaginons donc que ce serait à refaire… Où est-ce que je m’en irais à partir de maintenant?
Il y a plusieurs domaines qui me passionnent et m’intéressent. Pour le bien de ce blogue, je me contenterai de ne parler que de trois autres options dans lesquels je me serais plu. Ces idées ne sont pas nécessairement mes plans C, D et E – pourquoi pas A et B? Parce que l’enseignement était A, la CSR est donc mon B – mais il m’arrive parfois de me demander si je ne serais pas plus heureuse à travailler dans ces domaines. C’est bien prouvé qu’on ne peut jamais vraiment être satisfait avec ce qu’on a!

Événementiels
Ce premier secteur connait un essor incroyable dans la région. Je crois que j’aurais pu être à mon aise dans le monde de l’organisation d’événement de grandes envergures. Mon temps donné à l’OKtoberfest des Acadiens ainsi qu’aux événements d’improvisation à travers la province me prouvent que j’ai la volonté de le faire. Peut-être que c’est justement là où ça deviendrait problématique. Le faire bénévolement me remplit de fierté. C’est valorisant de savoir qu’on aide à accomplir quelques chose de plus grand que soi, avec ou sans paie au bout du parcours. En faire mon emploi serait peut-être trop de pression. Ça enlèverait peut-être une trop grande partie du plaisir que je prends à donner de mon temps pour les événements qui me passionnent. Rien ne garantirait aussi que je travaillerais pour un événement qui me tient à cœur, ce qui aurait un impact direct sur mon niveau de contentement avec mon emploi.

Pilote ou hôtesse de l’air
J’ADORE prendre l’avion. Depuis que je suis jeune, je vois la possibilité de me déplacer comme étant la plus grande forme de liberté. La voiture est extrêmement pratique, mais est limitée par les routes qu’elle peut emprunter. Le bateau est, pour moi, une coche au-dessus au niveau de direction à suivre, mais tout de même une coche plus basse puisqu’il ne me permettra jamais de visiter l’intérieur des terres. Voler est la plus grande forme de liberté et permet des déplacements rapides et efficaces pratiquement partout. Être pilote ou hôtesse de l’air me permettrait de voyager à travers le monde, un rêve que j’entretiens depuis que je suis toute petite. Par contre, il ne peut y avoir que du positif. Voler si souvent risquerait de rendre le geste banal et routinier. Je n’y prendrais sûrement moins plaisir. Aussi, il me serait impossible de conserver une routine comme celle que j’ai présentement. Mon social en souffrirait grandement comme je serais toujours partie. C’est à croire que tout n’est pas toujours rose… Sigh!

Interprète et/ou chercheuse pour parcs et/ou sites historiques
L’Histoire me passionne et travailler dans le domaine aurait été plus que motivant. Je me serais bien vu travailler au sein de Patrimoine Canada ou dans des sites historiques. J’ai déjà travaillé à titre d’interprète dans un musée comme emploi étudiant et, bien que le musée n’était pas le plus attrayant au monde, j’ai vraiment aimé l’expérience. Ça m’a aussi aidé à choisir ma vocation en tant qu’enseignante en Histoire. Plusieurs personnes ayant étudié en histoire trouvent des emplois à titre d’archiviste ce qui serait moins ma tasse de thé. J’aime beaucoup trop l’interaction avec le public pour m’en priver. La recherche m’intéresse, mais à quel prix?
Louisbourg aurait été une cool place où travailler. Loin de toute mais cool! Faut vraiment que j'y retourne :)
Faire cet exercice m’a permis de réaliser qu’il serait sûrement impossible d’avoir l’emploi parfait. Mes intérêts sont éparpiller un peu partout et je tiens à mon confort et ma routine. L’emploi que j’occupe présentement n’est peut-être pas celui dont je rêvais étant petite fille mais il est le mien et je l’aime. Je travaille au sein d’une équipe dynamique, avec le public et mon horaire est assez flexible pour me permettre de continuer à prendre part aux activités qui me plaisent ou à partir en voyage pour quelques jours. Vraiment, j’ai de quoi me compter chanceuse!

Et vous… Si vous deviez repartir à zéro, vous feriez quoi?

Shotgun Godin

2 comments:

  1. De bonnes idées. Pilote est le plus "loin" de ce que tu a actually fait.

    Moi, à refaire, je feel comme si je me suis deja réinventé 3-4 fois, je commence à être à cours d'idées.

    ReplyDelete
    Replies
    1. C'est certain que pilote me demanderait vraiment de repartir à zéro avec une nouvelle formation et toute. Si j'avais les moyens, je suivrais le cours anyway juste for the heck of it!

      J'aurais pu aussi mentionner ben des idées en lien avec ma maîtrise mais je me sentais comme si c'était triché.

      Delete

Follow by Email