Tuesday, 24 January 2017

Il y a 4 ans déjà...

Il y a quatre ans, notre petite vie de famille a changé boute pour boute. Il y a quatre ans, ma sœur donnait naissance à son premier enfant. La nostalgie me frappe fort alors que j’écris ceci et je me remémore cette journée qui fut bien longue et plutôt énervante.
Les trois petits démons
Jolène a été provoquée le 24 janvier 2013. Je garde des souvenirs vivides de cette journée. J’avais accepté de faire la correction des examens du ministère de 11e année à cette date. Ce fut donc un bel adon car j’étais à Bathurst d’avance pour la correction et ma sœur allait donner naissance à l’hôpital de cette même ville. J’espérais qu’on ait terminé avant que son travail commence, question de pouvoir la voir avant. Je gardais un œil attentif à mon téléphone afin d’avoir des nouvelles régulière de ce qui se passait. Ma journée de travail s’est terminée avant que quoi que ce soit se manifeste de son côté, j’étais ravie de pouvoir rejoindre le reste de la famille.

La première « pill » utilisée pour provoquer Jolène n’avait pas du tout fait effet. Quelques instants après mon arrivée, on lui en administrait une deuxième et lui donnait des conseils pour accélérer le processus. De mon côté, je tenais un live chat avec les tantes et les oncles pour leur donner des nouvelles. Aux alentours de 17h00, ma sœur marche autour de la chambre et s’arrête soudainement en me demandant d’aller chercher une infirmière. Ça y est, les eaux sont crevées! On devrait avoir Luka parmi nous dans un rien de temps…. HAHAHA que je suis drôle!

Non à ce moment c’est l’attente qui a débuté et MON DIEU qu’elle était longue! Les infirmières ont communiqué avec le médecin et on devait attendre son arrivé pour que l’accouchement ait lieu. Il est ENFIN arrivé vers 20h00. Non je n’exagère même pas parce que la game de hockey était commencée. - Oui je viens me servir des Canadiens pour me rappeler des événements. Ils jouaient contre Washington et ils ont gagné 4-1. Une chance que c’était là parce que j’allais perdre la tête! – Le médecin arrive, il tâte un peu, vérifie l’orientation de l’enfant, détermine qu’il ne passera pas et va réserver la salle de chirurgie pour procéder à une césarienne. La salle est prise, elle ne pourra y entré que vers 10h. JE. ME. CHAVIRE!

Avant que vous commenciez à vous poser des questions, faut que je clarifie un point important. Je n’étais pas juste une jeune fille stupide qui perdait patience. C’était plus que ça. À partir de 17h, ma sœur vivait au travers de contraction de plus en plus fréquente et de plus en plus forte. À 20h, quand le médecin est enfin arrivé, on pensait que ça finirait. On avait tort. C’était pire en pire. Vers 21h40, les infirmières lui ont finalement offert du laughing gas. Rien du tout n’a été fait avant ça pour diminuer l’inconfort et la douleur. J’étais en criss parce que j’étais impuissante et incapable d’aider ma sœur qui souffrait clairement.

Lorsque l’enfant a vu le jour, il a été transféré d’urgence pour être mis en sevrage puisque ma sœur faisait du diabète de grossesse. Elle n’a même pas pu le voir ni le prendre parce qu’une hémorragie s’est déclarée lorsque le placenta s’est détaché. D’un côté, ma sœur perd une quantité importante de sang, de l’autre mon neveu est envoyé à la pouponnière et je ne peux le suivre – seuls les parents et grands-parents y ont accès. Je pleure de rage à ce point-là et je décide de simplement partir. Plus tard dans la nuit, ma sœur m’a donné des nouvelles et j’ai enfin pu les voir tous les deux le lendemain.
Pauvre petite face
Il n’y avait rien de beau et magique dans cet accouchement. C’était pénible pour tout le monde présent. Luka m’en aura fait vivre de toutes les couleurs cette soirée-là mais il a su compensé des milliers de fois depuis! J'adore les enfants à ma soeur et c'est une bonne chose parce que je ne pense pas en vouloir de mon côté. Vivre cette journée ne m'a certainement pas encouragée à changer d'idée. C'est étrange quand même de se dire que ça ne fait que quatre ans et moins que j'ai ces petits amours dans mon quotidien. Ça feel comme si je les avait toujours eu dans ma vie. Malgré tout, c'est dur à croire qu'il ne lui reste plus qu'un an avant de commencer l'école!

Ça pousse vite pareil ces petits monstres-là!
Bonne fête mon grand

Marraine Shotgun

No comments:

Post a Comment

Follow by Email