Tuesday, 31 January 2017

La crise dans la péninsule

Je viens de passer une fin de semaine chez mes parents. Rien de nécessairement spécial à cela. Quoi que cette fois-ci, c’était TRÈS différent. La Péninsule Acadienne n’est toujours pas complètement remise de la tempête du verglas du 24-25 janvier. Durant cette fin de semaine, nous étions parmi les chanceux qui avaient du chauffage et une génératrice, mais c’était tout de même étrange et ça fait réfléchir.
On est tellement rendu dépendant de l’électricité, s’en est presque désolant. C’est fou de penser que ça ne fait pourtant pas si longtemps qu’on n’y avait même pas accès. Pratiquement tout fonctionne à l’électricité : notre chauffage, l’eau courante, la conservation de notre nourriture, notre entertainment… Ayoye! Le Delco de mes parents nous permettait d’avoir accès à l’essentiel mais sans plus. On s’est donc occupé à jouer avec les enfants, faire du ménage, jaser et préparer à manger avec les moyens du bord.
On a fêté les 4 ans de mon neveu en grand malgré les intempéris!
Le meilleur atout chez mes parents demeurera toujours le poêle à bois. Le jour où j’aurai ma propre maison, je vais faire tout ce qui est possible pour avoir au moins un système de chauffage à bois en cas d’urgence. Le reste je peux m’en passer, mais je veux pouvoir rester au chaud et cuire sur le foyer si le besoin se présente.

On a vraiment droit à un drôle d’hiver : Peu de neige et beaucoup trop de glace! J’ai hâte que ça en finisse. C’est dommage par contre car le décor que laisse derrière une tempête de verglas est de toute beauté. Tout semble figé dans le temps et l’espace. Il y a un drôle de feeling de pureté qui accompagne ces images, mais aussi quelque chose de presque sinistre.
Je suis arrivée tard vendredi soir dans la péninsule, et lorsque j'ai frappé la zone sans courant, j'ai eu le souffle coupé... On se serait cru dans un film post-apocalyptique ou dans une zone de guerre. Tout semblait abandonné et sans vie et ça m'a affecté beaucoup plus que je l'aurais cru. La péninsule se vide et ceci m'a donné un avant-goût de quoi aurait l'air mon village s'il devenait abandonné. J'espère ne jamais revoir une telle scène de mon vivant. J'ai beau dire que je suis maintenant une fille de ville, je serai toujours originaire de Bertrand et j'aimerai toujours autant mon petit village!
La "métropole" de Bertrand sera toujours mon chez moi! - image par Joël Thériault

À l’heure où je publie ces lignes, il reste encore beaucoup de travail à faire pour que tout le monde ait à nouveau du courant dans mon petit coin de pays. Heureusement, ma famille sont parmi les chanceux qui ont été rebranchés. On peut être sûr que de nouvelles mesures d’urgence vont être mises en place pour être mieux préparer dans l’éventualité où une autre tempête comme celle-ci nous frappe à nouveau.

Merci aux nombreuses équipes qui travaillent sans relâche depuis une semaine pour assurer le bien-être de tous. Monteurs de ligne d'ici et d'ailleurs, pompiers, GRC, les forces d'armée canadienne, les bénévoles, les conseillers et maires. Continuez votre travail exemplaire. 
Mille mercis à Hydro Qc, NS Power et NB Power!!

Bon courage!
Shotgun Godin

No comments:

Post a Comment

Follow by Email