Saturday, 29 April 2017

La musique et moi

Je me suis mise à tweeter ce matin et ça m’a inspiré à écrire sur la passion que j’ai pour la musique. Cette passion, j’ai dû la mettre de côté depuis quelques années, n’ayant pas d’opportunité pour jouer. J’aimerais m’y remettre mais, sans les bons outils, c’est plutôt difficile.

Depuis l’école primaire, j’ai toujours adoré mes cours de musique. J’avais une facilité pour lire les partitions qui m’a encouragé à continuer plus loin dans mes aspirations. La flute à bec, le xylophone, ce n’était pas assez pour moi. Je suis rapidement tombée amoureuse du piano et donc ce ne fut que logique pour mes parents de m’acheter un clavier pour que je m’y lance. Je crois que j’ai commencé mes cours en 3e ou 4e année si ce n’est pas plus tôt que cela. J’ai suivi des cours jusqu’en 9e année je crois. Je ne suis pas excellente, mais quand je me décide à apprendre une pièce, rien ne peut m’arrêter. C’est d’ailleurs quand je me suis décidée à apprendre Für Elise que mes parents se sont rendus compte que mon clavier m’empêchait d’avancer dans mon apprentissage.
En l’espace de quelques heures, je connaissais la pièce par cœur, la jouant en respectant plus ou moins le véritable tempo, mais tout de même. Lorsque mes parents m’entendaient jouer, ils étaient enjoués. Deux jours plus tard, on se retrouvait à Miramichi mon père et moi pour shopper un vrai piano. C’est ainsi que le Clavinova est entré dans notre maison. Il s’agit encore d’un clavier électrique mais avec toutes les composantes d’un vrai piano. Les touches sont sensibles à la force de frappe et on n’aura jamais besoin de le faire accorder. Il offre aussi toutes les options d’un synthétiseur avec différent choix de son, la capacité de m’enregistrer et, le meilleur dans tout cela, de porter des écouteurs lorsque je joue pour ne déranger personne. Cet instrument, mes parents m’ont toujours dit qu’il était à moi et, aussitôt que j’aurai ma maison, il emménagera avec moi! Je me suis procurée tellement de partition que je n’ai jamais eu chance d’apprendre convenablement. J’ai l’impression qu’il s’agira du genre de projet qui m’emballera à nouveau une fois chez moi.
Arrivée au secondaire, j’ai mis le piano de côté puisque les cours de musique étaient pas mal plus avancés. J’ai joué un an de la clarinette, comme c’était l’instrument que j’avais sélectionné en 7e et 8e année. En 10e année, n’ayant pas assez de bois dans l’ensemble, je me suis redirigée vers le saxophone et je suis rapidement tombée amoureuse de cet instrument. J’adore son son et je ne peux m’empêcher de rêver du jour où je m’en achèterai finalement un. Mon plus grand regret est de ne pas avoir fait plus attention à mes partitions. Je ne peux concevoir que je les aurais jetées, mais entre plusieurs déménagements entre notre ancienne maison, celle où mes parents habitent présentement et les va-et-vient à Moncton pour mes études, je n’ai aucune idée où elles ont abouti. Il me faudra donc m’en procurer de nouvelles le jour où je voudrai m’y remettre. Une fois que je serai chez moi, j’ai bien l’impression que ce ne sera qu’une question de temps avant que ça arrive.
Les finissants jouaient le O Canada à la graduation. Il manque Myriam à la trompette qui prenait la photo
Le véritable problème qui m’empêche de continuer dans cette passion, c’est mon choix d’instrument qui est plutôt difficile d’accès dans un petit appartement. Sans oublier qu’il est difficile de se laisser aller à de la musique si on ne veut pas déranger qui que ce soit. Le peu de temps que j’ai à moi et le manque de ressources me stoppe dans ma volonté d’apprendre à jouer de nouveaux instruments. J’aimerais pouvoir jouer de la guitare, ou du violon pourquoi pas. Il faudrait simplement que je trouve la volonté pour me lancer la tête première. Sans une volonté intrinsèque forte, je ne pourrai apprendre de service. Ça demande du temps et de la dévotion. Apprendre à jouer d’un instrument peut être tellement frustrant aussi. On souhaiterait que tout soit facile, que du jour au lendemain on soit capable de jouer de belles pièces comme si on l’avait fait toute notre vie. Dans le fond, on aimerait que tous les aspects de notre vie soient si faciles. C'est beau rêver! J’aimerais être en mesure de réserver du temps dans ma semaine pour la musique. Elle a toujours fait partie de ma vie et ça me manque terriblement.
Jouer de la musique, comme écouter des films ou lire un livre, me transporte dans un univers différent. Je perds notion du temps et me laisser emporter par les notes et la mélodie. J’adore écouter de la musique mais c’est devenu beaucoup trop passif à mon goût. Chanter est ma façon de rester connecter avec cet art que j’adore. Je ne possède pas la voix la plus intéressante ou chaleureuse, mais je crois ne pas me tromper quand je dis qu’au moins je chante juste. J’éprouve beaucoup de fierté à chanter haut et fort les paroles de mes chansons préférées car je me sens connectée à celle-ci. J’ai besoin de musique au quotidien. Elle m’accompagne dans mon travail pour m’aider à garder le focus. Elle est dans mes nombreux roadtrip pour me permettre de rester éveillée et faire passer le temps plus rapidement. Je chante constamment même en inventant des rythmes et paroles juste parce que je le peux. Ça fait partie de qui je suis et je ne veux définitivement pas que ça change! C’est pourquoi je ne peux attendre pour le jour où je pourrai me permettre de pratiquer à nouveau cet art sur les instruments que j’aime tant et, qui sait, apprendre à m’exprimer à l’aide d’un nouvel outil.
Je devrai simplement m'armer de patience. Même me remettre au piano risque d'être frustrant au début comme je devrai pratiquement tout réapprendre à zéro. En espérant que j'aie la force de me rendre jusqu'au bout!

Shotgun Godin

No comments:

Post a Comment

Follow by Email